• L’espèce humaine et la biodiversité

    • Genre : Patrimoine,
    • Publié en 2011,
    • 451 pages,
    • 35,90 €,
    • Editions : Editions Essais et Documents - Le Manuscrit,
    • ISBN : 9782304037685 et 978230403792
    Cet essai qui utilise les méthodes de l'historien, du géographe et du naturaliste. La problématique relève d'un fait unique dans l'histoire de la vie : en 10 000 ans, la seule espèce Homo sapiens a pris le contrôle des autres espèces.

    Le stress subi par les écosystèmes quaternaires du fait de la succession rapide d'épisodes glaciaires et interglaciaires, fut aggravé par le passage des Homo sapiens, du stade de prédateur à celui de producteur. L'analyse montre les conséquences évoluèrent lentement entre la Révolution Néolithique, et la Première Mondialisation de l'Économie (Renaissance, Grand Siècle et Siècle des Lumières). Mais le processus s'est emballé à l'Anthropocène ou ère des Révolutions Industrielles (1800-2100).

    Cette histoire méritait une analyse technologique, économique et sociale. L'homme a perturbé les écosystèmes : agricultures déraisonnées, déforestation, pollutions urbaines et industrielles. Les risques d'empoisonnement de l'air et des eaux, et de dérèglement climatique par effet de serre du fait du recyclage du carbone fossile, se sont alors concrétisés.

    La biocénose en a souffert : accélération de la disparition d'espèces depuis 1500, allongement de la liste des espèces menacées aux XXe et XXIe siècles. L'imminence d'une sixième extinction massive se précise. Certes, depuis la conférence de Rio de Janeiro, l'opinion a pris conscience du drame, mais les remèdes proposés seront-ils efficaces ?

    Giret